VIDEO PAR DRONE – Spécialiste Club Med, T.U.I, Club Lookéa

Video Par Drone de qualité 4K et HD par drone, avec des tarifs personnalisés adaptés à vos besoins. En France et à l'étranger pour hôtels club. Par Loïc COPPOLA

Voyages & Tourisme

RSE dans le voyage : se dirige-t-on vers un secteur à deux vitesses ?



Selon Sébastien Manceau, Senior Partner de Roland Berger, l’industrie du voyage génère 7% des émissions de gaz à effet de serre mondiales et 11% en France, touchant ainsi l’ensemble de la chaîne de valeur, y compris le transport aérien, les voitures, l’hébergement et les loisirs. Manceau a également souligné que, malgré le projet de fonds “pertes et dommages”, la Cop27 a été globalement “décevante” et que pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il faudrait réduire nos émissions de 43% à l’horizon 2030.

Avec la pandémie de Covid-19, nous avons vécu une phase de sensibilisation au développement durable. Selon une étude de Booking, 71% des voyageurs sont maintenant prêts à faire plus d’efforts pour privilégier des vacances plus durables et se sentent mal informés à ce sujet. Une autre étude de Roland Berger montre que les préoccupations environnementales sont la première raison pour lesquelles les habitudes de voyage sont modifiées.

Pour répondre à cette demande croissante de voyages durables, Manceau recommande aux entreprises et aux destinations de mettre en œuvre les trois piliers de l’acronyme ESG: l’environnement, le social et la gouvernance, en activant les leviers pertinents selon le profil de chaque entreprise. Il est également important de souligner que la transparence et la communication sont essentielles pour gagner la confiance des clients et de la société en général.

En effet, il existe quatre facteurs qui peuvent accélérer la transition vers des pratiques de voyage plus durables: la réglementation, le risque investisseur (la Banque européenne de financement ne veut plus financer d’énergies fossiles), les attentes des clients et la conviction accrue en raison des dérèglements climatiques de l’été 2022. Manceau a également mentionné que, bien que certains clients soient prêts à payer pour des vacances durables, ce n’est pas le cas de tous et que l’offre doit donc s’adapter pour répondre à cette demande croissante.

En fin de compte, Manceau a souligné qu’il y a un véritable enjeu à agir pour le développement durable dans l’industrie du voyage et que cela concerne tous les acteurs de la chaîne de valeur. Avec des réglementations en place, une prise de conscience accrue et une demande croissante de voyages durables, il est important que les entreprises et les destinations prennent des mesures concrètes pour soutenir le développement durable et répondre aux attentes des clients.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passionné de voyages, musique, web marketing, high-tech & informatique.

Videopardrone – Page
Réseaux Sociaux
DJ COPPOLA – Page