VIDEO PAR DRONE – Spécialiste Club Med, T.U.I, Club Lookéa

Video Par Drone de qualité 4K et HD par drone, avec des tarifs personnalisés adaptés à vos besoins. En France et à l'étranger pour hôtels club. Par Loïc COPPOLA

Voyages & Tourisme

Qu’est-ce que le Digital Travel Credential, l’identité numérique qui optimisera le parcours des voyageurs à l’aéroport ?



@ConvertKit

Tribune rédigée par Anna Ludwiszewska, Experte en fraude, et Lovro Persen, Directeur de la gestion des documents et de la fraude, IDnow.

Pour fluidifier un trafic de voyageurs aérien en pleine croissance et améliorer le  passage aux frontières de manière sécurisée, l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) développe une identité numérique dédiée au voyage : le Digital Travel Credential. Grâce à cette innovation numérique, les parcours des voyageurs  dans les aéroports seront grandement optimisés, sans encombre et sans impact sur la sécurité des contrôles.  

Une identité numérique pour faciliter les voyages internationaux 

D’après l’Association du transport aérien international (IATA), dans les années à venir, les voyages augmenteront de 4 à 8 % par an dans les marchés émergents comme la Russie, le Brésil et le Mexique, tandis qu’ils connaîtront probablement une croissance à deux chiffres en Chine et en Inde. Dans ce contexte, réduire les temps de contrôle et fluidifier le parcours des voyageurs est essentiel, lorsqu’on sait que le passage des frontières et l’identification des personnes reposent sur les mêmes technologies depuis quelques décennies. C’est la raison pour laquelle l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a développé une identité  numérique de voyage, en anglais « Digital Travel Credential » ou DTC, répondant aux normes  existantes (ICAO Doc 9303) et compatibles avec les systèmes de contrôle existant dans les aéroports.

Une double dimension : les données d’un côté, le support physique de l’autre

L’objectif est d’offrir aux usagers une alternative numérique aux documents physiques (passeports), également appelés eMRTD[1] apportant un niveau de sécurité identique, voire supérieur à celui des passeports électroniques. Le DTC intègre une double dimension. D’une  part, le composant virtuel (VC) est un fichier sécurisé (cryptographique) contenant les données d’identité biographiques et biométriques issues de la puce du passeport  électronique, issues d’un document délivré par l’Etat ; d’autre part, le composant physique (PC), est le support sur lequel sont stockées ces données. Ce dernier doit posséder des capacités de cryptographie et de communication, comme c’est le cas pour un passeport électronique, un smartphone ou une montre connectée.

Trois types de DTC 

Trois types de DTC sont possibles. Tout d’abord, le DTC Type 1 (physique). Dans ce premier cas, l’usager génère directement le DTC sur son smartphone ou depuis un kiosque en libre service, simplement en effectuant une lecture de la puce de son passeport électronique. Le e-passeport est alors considéré comme le composant physique.

Avec le DTC Type 2 (mixte), le DTC est émis et signé numériquement par une autorité émettrice  de passeport. Il est non seulement lié au passeport mais peut également, via des mécanismes cryptographiques, être rattaché à un autre composant physique, smartphone, montre connectée, etc.

Dans le cas du DTC Type 3 (virtuel), le DTC est émis et signé  numériquement par une autorité émettrice sans qu’aucun lien n’existe avec un passeport, et est rattaché à un composant physique de type smartphone ou montre connectée. Dans tous les cas, le PC sera porté par le voyageur comme preuve de possession pour augmenter le  niveau d’identification du passager.

La question de la validation du DTC 

Les instances de sécurité préexistantes, telles que l’autorité de certification des signatures  nationales (CSCA), seront mises à contribution. Elles établiront un point de confiance national permettant de valider un « titre de transport » et d’authentifier un PC (support) qui ne serait pas un eMRTD, tels qu’un smartphone ou une montre. La validation du DTC sera basée sur la validation (déjà existante) de l’infrastructure à clé publique (ICP) de l’eMRTD. Ainsi, des  signatures numériques sur des objets eMRTD pourront être créées et vérifiées, avec la garantie que les données signées sont authentiques et n’ont pas été modifiées. Pour accroître la sécurité liée à d’autres documents de voyage et faciliter la vie des voyageurs, l’OACI ajoute à ses groupes préexistants trois groupes de données supplémentaires : les visas électroniques, les documents de voyage et le passage automatisé aux frontières.

Supprimer les frictions des voyages transfrontaliers grâce aux DTC

Grâce au DTC, les temps de contrôle pourront être considérablement réduits. En passant par le contrôle de sécurité et d’immigration avant d’embarquer, les voyageurs pourront eux mêmes franchir les étapes de contrôle, de manière fluide, sans avoir à sortir un seul document, depuis l’enregistrement jusqu’au dépôt des bagages. Il est toutefois important de préciser qu’il s’agit d’un processus facultatif, réservé uniquement à ceux qui souhaitent voyager plus  rapidement et en toute autonomie. Les voyageurs peuvent légitimement concevoir des  inquiétudes quant à l’utilisation et au traitement de leurs données personnelles, dans le cadre du concept de DTC. Mais comme l’a prouvé la mise en œuvre des portiques de passage automatisé des frontières, toutes les réglementations nationales et internationales sont respectées et exécutées. Il est donc peu probable que la situation soit différente pour le DTC.

Les technologies d’identification et de vérification continueront de nous fournir des solutions pour améliorer les contrôles aux frontières. Ces nouveaux systèmes de sécurité exigeront certainement des agents chargés d’appliquer la loi qu’ils s’adaptent à cette évolution et à de probables tentatives de falsification. Mais c’est un petit prix à payer pour que les aéroports puissent continuer de se transformer et offrir aux voyageurs un parcours plus fluide et plus serein.

[1] Egalement connus sous le nom de documents de voyage lisibles à la machine, ou eMRTD.

L’article Qu’est-ce que le Digital Travel Credential, l’identité numérique qui optimisera le parcours des voyageurs à l’aéroport ? est apparu en premier sur TOM.travel.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Passionné de voyages, musique, web marketing, high-tech & informatique.

Videopardrone – Page
Réseaux Sociaux
DJ COPPOLA – Page