Robert Erénati explique aux agriculteurs les avantages qu’offre le nouveau drone XJ750 fabriqué dans son entreprise à La Chapelle-Viviers.

La société Aérocapture de la Chapelle-Viviers a mis au point un drone capable de procéder à des opérations d’effarouchage de volatiles ravageurs.
Il s’appelle XJ750, pèse 3,8 kg à vide, vole à 45 km/h, émet le cri des rapaces comme l’épervier ou le faucon et peut embarquer une multitude d’équipements. Il est surtout le nouveau né des drones conçus et fabriqués par la société Aérocapture technologie présidée par Robert Erénati et implantée depuis février 2016 sur la commune de La Chapelle-Viviers.
Un drone qui peut accueillir de nombreuses options
« Il y a quelques mois, pour éviter aux agriculteurs de réensemencer suite à aux dégâts provoqués par la présence de volatiles tels que les corneilles, et ce malgré l’utilisation de canons à gaz et autres systèmes, notre société a mis au point, un premier drone effaroucheur qui offre une réelle efficacité contre les volatiles ravageurs », explique Thierry Lenain, directeur commercial. « Notre complicité avec la coopérative agricole Sèvre et Belle située à La Crèche (Deux-Sèvres) et nos compétences techniques nous ont permis dernièrement d’améliorer les compétences de ce drone en créant le XJ750. Aujourd’hui, plus qu’un effaroucheur durant la période des semis d’avril à juillet, il est aussi en mesure d’assurer d’autres missions tout le reste de l’année. Ainsi, son architecture lui permet d’accueillir des nouveaux équipements (laser, ultrason, système de programmation des parcelles à traiter, nacelle 3D, parachute pour Scénario S3, caméra, etc). Sur demande, il peut embarquer de 8 à 25 kg d’équipements », ajoute t’il. « Autre avantage, notre drone, simple d’utilisation et rapide à mettre en œuvre, peut être piloté manuellement via une radiocommande ou en pilotage automatique via une tablette tactile ».

Le XJ750 a été testé durant la période d’effarouchement d’avril à début juillet, sur les terres agricoles de Gilles Lamy colonisées par plus de 400 corneilles. « Après plusieurs passages du drone, je reconnais que le résultat est concluant. Reste que pour l’instant je n’ai pas les moyens de m’offrir un tel équipement », indique l’exploitant agricole. « Pour acquérir le drone XJ750, il faut compter un prix de base de 6.600 euros. Mais nous proposons aussi de mettre des télé pilotes à la disposition des agriculteurs », précise Thierry Lenain.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/07/28/Un-drone-effaroucheur-pour-les-agriculteurs-2795188

Tags:

Comments are closed

%d blogueurs aiment cette page :